LA PUISSANCE DE L’ENTRAIDE

[btnsx id="890"]

Auteur : Vincent BOURREL


INTRODUCTION

J’aimerais faire brièvement en introduction quatre remarques préliminaires sur ce chapitre 8. Ensuite, je développerai en trois points cette question de l’entraide (l’occasion, la difficulté, le moteur) et enfin on tirera en conclusion quelques aspects pratiques.
1. Il s’agit de la libéralité qui s’exprime entre églises et non au sein de l’église locale. Même si cette conception de la libéralité est vraie à l’intérieure de l’église locale, ici le texte évoque l’entraide entre églises (Cf . «  les églises  » v. 1, 24).
2. Il s’agit d’une collaboration entre églises, mais probablement non-formelle, basée sur la compréhension de l’évangile. Il n’y a pas de fédération, d’alliance, d’association 1901 ou 1905, de bureau, etc. Il y a de toute évidence une collaboration étroite entre les églises (v. 18, 19, 23).
3. Il s’agit d’une interpellation de l’apôtre Paul à l’église de Corinthe basée sur l’ADN de l’évangile donné au verset 9, et que l’on pourrait traduire : « si vous avez connu la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ ça doit se voir dans le soin que vous portez aux autres églises ».
4. Il ne s’agit pas avant tout d’argent, mais de communion avec Dieu (v.7, Segond 21). « De votre côté, vous avez tout en abondance : la foi, la parole, la connaissance, le zèle à tout point de vue et l’amour pour nous. Faites en sorte que la même abondance se manifeste dans cet acte de grâce. »


L’OCCASION DE L’ENTRAIDE : LA MANIFESTATION DE L’AMOUR

C’est intéressant de remarquer que certains ont plus que le nécessaire, alors que d’autres ont moins que le nécessaire. Mais c’est pourtant la même main, celle de Dieu, qui donne. On sait que Dieu ne fait pas de favoritisme, et Dieu sait compter au moins aussi bien que nous. Pourquoi est-ce qu’il donne plus à certains qu’à d’autres ? Pour nous donner l’occasion de l’entraide (v. 13-15). Parce que l’entraide c’est la manifestation de l’amour (v. 8, 24). La valeur ajoutée c’est l’amour.

Paul rappelle aussi que le vent tourne, aujourd’hui les Corinthiens ont les moyens de secourir les chrétiens de Jérusalem, ce ne sera pas nécessairement toujours le cas, car les Corinthiens pourraient bien avoir besoin un jour des chrétiens de Judée.


LA DIFFICULTÉ DE L’ENTRAIDE : LE CŒUR EGOÏSTE

Le verset 12 signifie que Dieu ne nous demande pas ce que nous n’avons pas. Par contre, il nous demande de faire preuve de bonne volonté par rapport à ce que l’on possède. Chacun apporte ce que le Seigneur lui a donné. Le problème c’est quand on croit que l’on n’a pas assez nous-mêmes pour aider. Et donc on ferme notre cœur à la possibilité d’entraide.

J’ai remarqué qu’on est aussi très regardant sur les églises ou les personnes qui ont besoin d’aide. On ne voudrait pas avoir encouragé une fausse doctrine ou ce que l’on considère comme tel, ou une mauvaise pratique de la musique ou des relations inter-églises… Et en fait, on élève toujours plus notre niveau d’exigence pour aider et soutenir, et du même coup on diminue considérablement les candidats potentiels pour recevoir notre aide, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne digne de recevoir nos dons. Est-ce qu’il n’y a pas de l’égoïsme là-dessous ?

Paul sait que les Corinthiens ont promis de donner, mais il craint que le jour où les frères passent pour récolter l’offrande il n’y ait rien de prêt. La cupidité, l’égoïsme font partie de l’ADN du pécheur (Mc. 7.21-22). Donc nous en sommes tous pourvus.
Pour en être délivré, Dieu nous enseigne à donner, à nous engager sciemment à pourvoir au besoin des autres par des dons volontaires, assidus, et en proportion de ce que l’on possède.

Bien sûr, nous sommes responsables de la gestion des finances du Seigneur et que c’est en conscience que nous devons pouvoir donner ou pas à une église ou une personne. Mais je crois qu’il faut faire attention à ce que la cupidité ne se cache pas sous l’aspect très respectable de la saine doctrine ou de la fidélité à Dieu… Si je ferme mon cœur à toute la détresse, c’est peut-être qu’il se cache quelque part de la cupidité, de l’égoïsme, de la suffisance. La difficulté c’est le péché dans notre cœur.


LE MOTEUR DE L’ENTRAIDE : LES REPRÉSENTANTS DES ÉGLISES

Dans les versets 16 et 17 Dieu a mis dans le cœur de Tite le même empressement pour ce projet. Il l’a fait de plein gré, donc personne ne peut nous contraindre à agir dans un sens que ne nous autorise pas notre conscience. Je note au passage que Tite veut stimuler les églises de l’Achaïe à imiter celles de Macédoine dans le soutien des églises de Judée. Ce sont les chrétiens d’origine païenne qui vont soutenir les chrétiens d’origine juive. Ce n’est pas le partisan qui parle, mais le cœur du chrétien qui veut aussi montrer sa reconnaissance aux Juifs pour l’évangile apporté aux païens qu’ils étaient.

Et puis, il y a un autre frère (v. 18) et encore un autre (v. 22) ; ce sont les soldats inconnus, mais qui portent le fardeau et le transmettent aux églises. Ils sont les « envoyés » des Églises. Paul les appelle « la gloire de Christ ». Parce qu’ils sont porteurs du message d’amour qui glorifie Christ. En fait ils sont les imitateurs de Jésus-Christ (v. 9). Ce sont des hommes fidèles, zélés, qui devront rendre des comptes aux églises. Ça n’est pas le projet de Paul on pourrait l’accuser d’utiliser les églises à des fins personnelles, mais c’est le projet des églises et ce projet est porté par des hommes. Vous êtes ces hommes. Vous savez très bien qu’en revenant dans vos églises vous pourrez présenter une vision d’entraide ou non. Les moteurs c’est vous qui par la puissance du Saint-Esprit pouvez encourager votre église à l’entraide d’autres églises… Si vous ne portez pas la chose vous ne laisserez pas l’église la portée. Mais vous et les hommes fidèles qui sont dans vos églises pouvez être les moteurs de l’évangélisation, de la mission dans notre pays et au loin.


CONCLUSION

En envoyant leurs différentes contributions à l’église de Jérusalem, les églises ont sauvé les croyants de la famine. Ils ont manifesté l’amour de Christ les uns envers les autres, ils ont vaincu l’égoïsme de leur cœur et enfin ils ont stimulé la croissance des frères par leur ressemblance à Jésus-Christ, c’est la puissance de l’entraide. Que Dieu vous bénisse !