LEFEVRE D’ETAPLES

[btnsx id="890"]

Auteur : Mark NELSEN


Le 31 octobre 1517, le jeune prêtre Martin Luther a affiché ses fameuses 95 thèses sur la porte de l’église de Wittenberg. Avec ce simple geste, Luther a déclenché un mouvement qui ne toucha pas uniquement l’Église catholique, mais également le monde entier.

Si tout le monde connaît cet événement historique, le contenu de ses écrits reste moins connu. La plupart des chrétiens pensent que Luther a défendu le principe de la justification par la foi seule. En réalité Luther a centré ses écrits sur les abus de la vente des indulgences. Un fait plus méconnu encore : Luther a été largement influencé par un français lorsqu’il a commencé à élaborer ses enseignements sur la doctrine de la justification par la foi.

En 1512, un intellectuel français écrit : « C’est Dieu seul qui par sa grâce, par la foi, justifie pour la vie éternelle. » Cinq ans avant Martin Luther et ses 95 thèses, Jacques Lefevre d’Etaples (sur mer) lui préparait le chemin qui allait bouleverser le monde.

Lefevre d’Etaples, né en 1455, est issu d’une famille modeste, mais a su manifester sa grande intelligence à Paris, où il a obtenu le grade de maître ès arts. Comme beaucoup d’autres humanistes de son époque, Jacques Lefevre a été dirigé par sa soif de connaissance.

Au début du 16eme siècle, ses intérêts se sont tournés vers les écritures. En 1509, il publia un commentaire sur les Psaumes où la Bible était décrite comme « déclarations sacrées de la bouche de Dieu ».

En même temps que Jacques Lefevre publie son commentaire, il fut accueilli dans l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés par Guillaume Briçonnet. Dans cette abbaye, Lefevre d’Etaples continua ses études des Saintes Écritures. C’est au cœur de cet édifice qu’il développa les idées clés de la réforme.

Le professeur J.-D. Benoit a dit : « En 1512 déjà, cinq ans avant les thèses de Wittenberg, Lefevre d’Etaples avait publié son ‘Commentaire sur les Épîtres de Paul’, un livre qu’on peut déjà appeler protestant, le premier livre protestant. De fait on y trouve affirmé avec une netteté qui ne laisse rien à désirer, les deux grands principes qui seront les principes fondamentaux de la Réforme : l’autorité souveraine des Écritures et la justification par la foi.»

La grande question reste tout de même : Luther connaissait-il les écrits de Jacques Lefevre d’Etaples ? Henri Strohl, doyen de la Faculté de théologie protestante de Strasbourg, nous éclaire sur le sujet Luther avec son commentaire du livre de Romains : « Luther cite les Pères, saint Augustin, saint Jean Chrysostome ; Nicole de Lyre est abondamment consulté, mais ce sont surtout les commentaires contemporains, ceux d’Erasme et de Lefevre que Luther étudie et discute. »

L’historien Auguste Bailly a écrit : « Nous insistons sur ce point : la pensée de Lefevre ne doit rien au réformateur allemand qui, au contraire, lui doit beaucoup. » Et peut-être la meilleure source est l’adversaire principal de Lefevre, Noël Béda, qui a dit : « Lefevre voit avec quel bonheur il s’est montré maître de Luther. »

L’histoire indique clairement que Jacques Lefevre d’Etaples a joué un rôle vital dans la naissance de la réforme protestante. Mais quel intérêt pour les chrétiens français aujourd’hui de regarder la vie de cet homme ? D’abord, nous voyons le rôle de la Bible dans la vie de Lefevre d’Etaples. Dès 1509, il a montré un désir d’approfondir sa connaissance de la Bible. En 1523, il publia le Nouveau Testament en français. Son désir que cette partie de la Bible soit lue par le peuple l’a conduit à fuir vers Strasbourg par crainte des autorités. Jacques Lefevre a permis une découverte essentielle dans la vie de chaque chrétien : Dieu nous parle à travers sa parole, la Bible.

Deuxièmement, Jacques Lefevre d’Etaples a été un homme imparfait. Bien sûr, nous sommes tous imparfaits, comme l’indiquent les Écritures. Mais il faut prendre en considération le fait que Lefevre d’Etaples n’est jamais cité parmi les héros de la Réforme. En effet, cet homme n’a jamais quitté l’Église catholique. L’histoire nous raconte que, son manque de courage d’imposer ses convictions l’a hanté pendant ses derniers jours. Prions que Dieu nous donne le courage de vivre selon nos convictions formées par sa Parole.

Enfin, Lefevre d’Etaples nous donne de l’espérance aujourd’hui. Le début du 16eme siècle est une période catastrophique pour l’Évangile de Jésus. L’Église catholique est dirigée par un pape pervers et la France possède un roi qui est connu pour ses (au moins) sept maîtresses. Quant au peuple, le message de l’Évangile est peu prêché et l’intérêt spirituel manque grandement. Et c’est à ce moment-là que Dieu décida de frapper le cœur de Jacques Lefevre d’Etaples.

Prions que Dieu fasse pareil de nos jours.